Accueil du site > Les circuits > Archives > Archives 2015 >

Circuit Aulne maritime

Du 26 au 31 juillet

Longue de 140 km, l’Aulne traverse les Côtes d’Armor et le Finistère.
Canalisée à certains endroits elle fait partie intégrante du canal de Nantes à Brest jusqu’à Port Launay. Elle devient maritime à partir de là et de nombreuses gabares chargées de sable la remontaient à partir de Brest.
Ces bateaux empruntaient l’Aulne maritime pour livrer du maërl aux agriculteurs, le seul engrais dont ils disposaient à l’époque.

Dimanche 26 juillet : Rendez-vous à Brest, marina du Moulin Blanc

Située à l’embouchure de l’Elorn, la Marina du Moulin Blanc (entièrement rénovée entre 2011 et 2013), vous accueille à proximité des professionnels de la plaisance et met à votre disposition un équipement technique très complet et respectueux de l’environnement.

Le Moulin Blanc est aussi un site culturel riche en diversité. Évadez-vous à deux pas du port en visitant le conservatoire botanique national du Stang Alar ou encore Océanopolis, centre océanographique pour y découvrir la vie des fonds marins reconstituée à travers trois pavillons : polaire, tropical et tempéré.

Lundi 27 juillet : De Brest à Roscanvel

A la rencontre d’îles pas comme les autres…
L’île de Trébéron et l’île des Morts comme deux gros rochers jetés-là ont pourtant une histoire passionnante.
Sur Trébéron, la Marine établit en 1690, un lazaret pour arrêter les épidémies qui menaçaient les escadres de Louis XIV. Trébéron devint ainsi l’île de la quarantaine.
On soignait sur Trébéron, on enterrait sur l’île des Morts qui y gagna son nom avant de devenir la principale poudrière du port de Brest.
Abandonnées, ces îles sont devenues le repaire de multiples goélands, mouettes et autres volatiles.

Mardi 28 juillet : De Roscanvel à Camaret

Sur les traces des Bougainville, La Pérouse et autres grands explorateurs vous naviguerez entre Léon et Cornouaille et emprunterez le célèbre « Goulet » pour rejoindre Camaret et sa Tour Vauban.
Une belle navigation entre histoire, patrimoine et curiosités sans oublier les facétieux courants qui vous permettent de découvrir des escales imprévues… avant Camaret et ses galeries d’art, son patrimoine et, paraît-il, quelques bistrots.

Mercredi 29 juillet : De Camaret à Landévennec

Landévennec est un lieu très doux, très agréable, le premier dans le pays à voir chaque année les fleurs s’ouvrir et le dernier à voir les feuilles tomber (texte du IXe siècle, auteur inconnu)
Protégé des vents dominants, le petit bourg de Landévennec bénéficie d’un réel micro-climat. Palmiers et mimosas en apportent un incontestable témoignage. Si, au 17ème siècle, de grands stratèges militaires tels que Duquesne et Vauban s’intéressent à Landévennec, ce n’est qu’à partir du Second Empire que se développe la "Station navale" avec l’accueil de navires en réserve dans le profond et abrité méandre que décrit l’Aulne.
Cependant, c’est sans conteste à son abbaye dans laquelle une communauté bénédictine poursuit la vie monastique implantée par Saint Guénolé au tout début du 6ème siècle que Landévennec doit sa renommée. Un important musée bâti à proximité immédiate des ruines classées présente ces quinze siècles au cours desquels heures glorieuses et vicissitudes se sont succédées au gré de l’histoire de la Bretagne.

Jeudi 30 juillet : De Landevennec à l’Auberlac’h

L’Anse de l’Auberlac’h est située entre la pointe de l’Armorique au nord et la pointe de Rozegat au sud. Dans le fond de l’Anse se trouve le port de l’Auberlac’h face au port du Four à Chaux appelé ainsi du fait de l’installation de fours du même nom.
Le four à chaux ou chaufour est une catégorie de four dans lequel on transforme le calcaire en chaux par calcination.
Du haut de la colline, on admire l’élégante courbure du sillon, cordon littoral naturel formé de galets et de sable, âgé de 8.000 ans, qui sépare l’océan de l’étang de Pen ar Ster. L’étang est accessible à marée haute de grand coefficient.
L’anse de L’Auberlac’h abrite un petit port, la base nautique du Four-à-Chaux et le « Tapecul », un bistrot sympathique fréquenté depuis le XIXe siècle par gens de mer et gens de terre.

Vendredi 31 juillet : De l’Auberlac’h à Brest

De l’Auberlac’h, cap à l’ouest vers l’île Ronde et les ducs d’Albe et pourquoi pas un petit pique-nique au Fret avant de rentrer vers Brest ?

En savoir plus sur la Rade de Brest :

JPEG - 337.5 ko

P.-S.

Ce programme de navigation est bien évidemment soumis aux conditions météorologiques du moment et de fait modifiable.

Mise à jour : 9 décembre 2015