1er août

Votre arrivée à Landerneau

LANDERNEAU, VILLE DE FOND DE RIA

Surgie de terre, au point où la rivière l’Elorn peut être franchie aisément, Landerneau occupe une place stratégique entre le Léon et la Cornouaille. Le port accueille désormais des voiliers, un sablier ainsi que le Dalh Mad réplique d’une gabarre de 1947.

Votre escale

Animation

  • Visite du pont habité vers 19h30.

En soirée

  • Pot d’accueil sur le quai vers 20h.
  • Soirée libre

A Voir - A Faire

L’un des derniers ponts habités d’Europe

Le pont de Rohan qui a fêté en 2010 ses cinq siècles d’histoire, figure au même titre que le célèbre Ponte vecchio de Florence en Italie au rang des rares ponts habités d’Europe. Dès le XIIe siècle, un petit pont que l’on suppose de bois relie le Léon et la Cornouaille. En 1510, il est reconstruit, cette fois en pierre, par le vicomte Jehan de Rohan. Ses six arches supportent meuniers, marchands de draps, orfèvres, chapeliers… et habitants. Un péage y est instauré. Il sera supprimé en 1760. Jusqu’en 1850, façade ouest, le bâtiment principal comporte, en bas, une pêcherie et un moulin, une prison au premier étage, une salle de garde et une chapelle au second étage. Jusqu’au début du XXe siècle, date où sera édifié le pont Albert Louppe à Plougastel-Daoulas, il demeure l’unique point de passage entre les deux rives.

Un musée à ciel ouvert

La découverte du cœur de la cité de Landerneau, véritable musée à ciel ouvert, se fait le nez en l’air. Trente-deux panneaux apposés sur les bâtiments remarquables initient à l’architecture et à l’histoire de Landerneau. L’on croise notamment, place Saint Thomas, l’auberge des treize lunes du XVIe siècle, seule maison « à pondalez », une particularité architecturale propre habituellement à Morlaix, l’ossuaire Saint-Cadou de style renaissance en pierre blonde de Logonna, des habitations du XVIIe siècle et l’église Saint Thomas. Au-dessus du porche de l’église, les dômes Renaissance des niches abritant un saint François d’Assise et un Saint Eloi sont surmontés d’un croissant de lune.

La maison de la duchesse Anne

Au n°9 place Général de Gaulle, la Maison de la Sénéchaussée de 1664 également nommée Maison de la Duchesse Anne aurait accueilli la gente dame une nuit. La façade est en pierre de Logonna. Dans la tourelle, une niche à coquille Renaissance héberge une statue du XVIe siècle. Le pignon nord est doté d’une structure à pan de bois couverte d’ardoises. Cette belle bâtisse abrite la maison du tourisme.

La sirène et le dragon

La sirène sculptée fait son apparition en Bretagne dès le XIIe siècle. Au n°14 rue du Chanoine Kerbrat, la Maison à la Sirène possède une lucarne supérieure qui a pour crossettes d’angle, d’un côté une sirène voluptueuse tenant à la main un miroir, et un dragon de l’autre. « Cette sirène aux seins dodus qui lance du haut de son fronton un clin d’œil espiègle chargé d’amour et de désir » aux passants peut-être et plus sûrement à l’écrivain Hervé Bellec qui s’émerveille également dans son ouvrage Demain, j’arrête d’écrire, « de ces quais de Cornouaille et de Léon quand à l’aube de tous les matins du monde la lumière jette en vrac des paillettes d’or sur ces pierres si robustes (…). »

La promenade des berges

La longueur du circuit est de 7 km mais de nombreux ponts et passerelles permettent de raccourcir la promenade si nécessité fait loi. C’est au départ du quai du Léon que l’on s’élance en direction du pont habité. On passe à proximité de la mairie puis de la base nautique du club de canoë-kayak. Après avoir traversé l’Elorn, il est vivement conseillé de bifurquer vers le quartier Saint-Thomas avant de longer le quai de Cornouaille jusqu’au pont de Caerneforn. Le chemin de halage débute alors jusqu’au pont levant. Une fois au pont, on poursuit le chemin de halage sur l’autre rive.

Liens utiles

Maison du tourisme
Place du Général de Gaulle
29800 Landerneau
02 98 85 13 09

Mise à jour : 27 mai 2016