2 août 2011

<carte_gis0|id_article=246|zoom=9|width=200px|height=150px|control_type=non>

Votre arrivée à Roscanvel

ROSCANVEL, UNE PRESQU’ÎLE FORTIFIÉE

Du vieux breton roz, tertre, colline, accolé au nom d’homme Catmaël, de cat, le combat, et maël, le chef, la presqu’île de Roscanvel s’est hérissée au fil des siècles de fortifications, toutes érigées pour la défense du port de Brest.

Votre escale

  • Repas sur le port ou au fort
  • Animation musicale selon météo.

A Voir - A Faire

Trébéron et l’île aux morts

En 1720, l’île de Trébéron devient un lieu de quarantaine.
Le lazaret qui y est construit accueille les marins de retour d’expédition en zone tropicale où règnent des maladies épidémiques (fièvre jaune, typhus, choléra…), les équipages « trop » malades (scorbut, gale…), ou les bagnards arrivant au bagne trop épuisés. Les morts sont enterrés sur l’Île des Morts toute proche, les survivants, au bout de 40 jours, ont le droit de regagner la Penfeld. Au début du XIXe siècle, l’île des Morts accueille une poudrière et perd sa vocation de cimetière du Lazaret. Ce dernier est reporté sur la pointe nord de Trébéron. Par ailleurs, à partir de 1826, l’ensemble du lazaret est réaménagé. De nouveaux bâtiments sont construits, dont le pavillon réservé aux officiers, dont les vestiges sont encore visibles aujourd’hui. En 1828, l’île est partagée en deux par un mur, séparant la zone de convalescence de la zone contagieuse.

Circuit de visite remis aux participants,

L’itinéraire de randonnée « Le moulin du seigneur » (13km, 3h15) se déroule dans le camp retranché de la presqu’île. Les fortifications se succèdent à chaque pointe, certaines remontant au Moyen-Age. En chemin : points de vue sur la rade, le port de Brest et le goulet ; passage par la pointe des Espagnols

L’église Saint-Eloi

De grès armoricain, de grès jaune et de kersantite, l’église Saint-Eloi est un édifice qui relève pleinement du style du XVIIe siècle. En 1956, un incendie détruit l’édifice religieux, qui sera reconstruit dès l’année suivante.

La fontaine Saint-Eloi

Située au sud de l’église dans un ancien calvaire, la fontaine abrite, dans sa niche, une statue de Saint Eloi, évêque de Noyon et grand évangélisateur du nord de la France. Le canal du lavoir communal fournissait autrefois l’eau de la fontaine. Une statue mutilée de Saint Yves, le patron de la Bretagne et des avocats, réalisée en 1666, se dresse à l’arrière de la niche.

La route des fortifications

« Le Goulet est à Brest ce que le détroit des Dardanelles est à Constantinople ; c’est la porte et l’entrée où tous les navires qui ont affaire audit Brest sont obligés de passer… Aussi est-ce l’endroit où on peut le mieux placer ce qui peut nous rendre la rade assurée. » Sébastien Le Prestre, seigneur de Vauban, (1683) L’étroit goulet qui mène à Brest et les côtes de la presqu’île qui le surplombent constituent des atouts déterminants pour contrôler l’accès au port.

Dès le XVIIe siècle, Vauban, chargé par Louis XIV de la défense des frontières, ordonne l’édification d’ouvrages de défense sur les rives. Les fortifications de Roscanvel sont, à ce titre, remarquables. Elles assuraient en complémentarité avec la rive opposée la défense de ce passage étroit. Plusieurs sites majeurs demeurent actuellement inaccessibles, puisque propriété de la Marine Nationale, tels la batterie de Cornouaille, le fort de la Fraternité, l’îlot des Capucins… La Communauté de communes de la presqu’île de Crozon, les communes et le Conservatoire de l’espace littoral ont entrepris la mise en valeur de ce patrimoine militaire par la mise en place de la Route des fortifications.

La pointe des Espagnols

Située à l’extrémité nord du goulet, la pointe des Espagnols a longtemps été un poste de guet hautement stratégique. En 1594, un conflit oppose les Espagnols, défenseurs de la Ligue catholique, aux troupes françaises d’Henri IV et à la flotte anglaise, partisanes du protestantisme. Les Espagnols sortiront vaincus de ce siège qui s’achève par la prise du fort et le massacre de sa garnison. Ne reste de leur passage que le nom de cette avancée dans la mer. Plus de 300 000 visiteurs viennent, chaque année, y contempler la ville blanche et ses abords.

Liens utiles

Mairie

Mise à jour : 24 décembre 2016