Pendant la navigation : vérification des bateaux et point sur les manœuvres.

Une étape qui promet à Daoulas !!

Dans le cadre du circuit rade de Brest de la semaine du petit cabotage 2010, les voiliers auront tout loisir de découvrir Daoulas après la remontée de la rivière le lundi soir ils resteront amarrés à quai toute la journée du mardi avant de repartir en soirée vers Rostiviec ou un repas de crêpes les attendra.

Qu’on se rassure cette étape ne manquera pas d’animation puisqu’après s’être amarrés les participants seront accueillis à la faïencerie pour un pot de bienvenue. Cet espace leurs sera d’ailleurs affecté pour ceux qui souhaitent partager leur repas en soirée. Pour les autres, la ville ne manque pas de restaurants …

Le lendemain, un brunch sera servi à la flottille à 10h et des tickets permettant de visiter l’abbaye et le moulin seront remis par la commune à chacun des participants.
De plus chaque bateau se verra offrir un coffret de 4 fascicules présentant les chemins de randonnée du secteur afin de se dégourdir les jambes avant de réembarquer.

Nul doute que cette journée d’escale passera très vite !!! et un grand merci à la municipalité de Daoulas ainsi qu’à l’office de Tourisme communautaire, organisateurs de cet accueil.

Daoulas

Fondée au 12e siècle autour de son Abbaye, Daoulas tient son nom du breton et signifie "deux rivières" (daou=2 et c’hlaz=cours d’eau). Niché au fond d’une ria de la rade de Brest, le petit bourg demeure un écrin de verdure qui bénéficie aujourd’hui d’un patrimoine exceptionnel, tant d’un point de vue architectural que naturel

A découvrir

L’église abbatiale

Il est de tradition de dire que l’église paroissiale, autrefois église abbatiale, est antérieure au XIIe siècle.

Elle contiendrait des parties de la construction primitive du VIIIe siècle. Il est certain que cette église romane, bâtie entre 1167 et 1173, fut considérablement remaniée au XVIe siècle en style gothique, puis à nouveau au milieu du XIXe siècle pour lui redonner son caractère roman, à l’occasion de sa réfection. Le magnifique porche gothique construit en 1560 fut « sauvé » et transplanté à l’entrée du cimetière.

A l’intérieur de l’église, les harmonieuses proportions des voûtes romanes lui confèrent une remarquable acoustique. Les auditeurs privilégiés des quelques concerts qui y sont organisés ne peuvent que s’en féliciter. Un orgue fut jadis installé en ce lieu, mais a dû disparaître dans l’abandon et l’incurie qui suivit le don de l’abbaye aux jésuites en 1692.

Depuis ce printemps 1998, avec le réaménagement de la place et de ses abords, l’ensemble architectural a retrouvé toute l’ampleur de son caractère encore accentué par le relief des lumières de la nuit

Le porche-clocher

Il date du XVe siècle. Il a gardé, d’un côté les deux portes jumelles en anse de panier et, de l’autre, la porte extérieure dont l’arcade surbaissée est surmontée d’un tympan. Dans ce tympan, groupe de la Nativité en haut relief ; dessous, Adam chassé du paradis ; aux contreforts d’angle, groupe de l’Annonciation, la Vierge à gauche, l’Ange à droite.

Contre ces contreforts, deux autres statues en Kersanton : Vierge à l’enfant et Saint Augustin tenant son cœur.

Les voussures à bases prismatiques de l’arcade sont profondément moulurées et décorées d’anges thuriféraires.

Les colonnes extérieures sont torses ; les contreforts sont ornés de niches aux coquilles Renaissance et galons plats enroulés ainsi qu’à Landivisiau. A l’intérieur, les niches abritant les statues des Apôtres sont séparées par des pilastres et décorées de coquilles et galons plats. La statue de Saint Pierre porte la date de 1566.

Au-dessus du trumeau à bénitier, statue en pierre du Christ Sauveur . Au revers, côté cimetière, on a placé des statues anciennes en Kersanton : Piéta, Saint Augustin ( ?), et Saint portant l’inscription : “ S . RIEC ” et la date de 1447

Ecomusée de la meunerie

Fondé au 12e siècle, le Moulin du Pont a évolué au fil de l’histoire pour devenir minoterie de 1936 à 1970, date de l’arrêt de sa production. Sa réhabilitation complète a permis de mettre en valeur les machines qui, pour la plupart, ont été conservées. Ainsi, depuis 2005, le Moulin du Pont est devenu un véritable musée technique de la meunerie dont la découverte ludique se fait en famille... Depuis le printemps 2009, une nouvelle exposition complète la visite des installations du moulin, en vous initiant à l’histoire des moulins et des meuniers de Daoulas !

L’Abbaye de Daoulas

Ancien monastère régi de 1130 à 1598 par les chanoines réguliers de l’ordre de saint Augustin, puis par des abbés commendataires peu présents de 1600 à la Révolution, l’Abbaye de Daoulas conserve aujourd’hui de beaux témoignages de sa splendeur initiale, notamment l’abbatiale du 12e siècle, aujourd’hui église paroissiale, une grande vasque d’ablutions du Haut Moyen Âge et un cloître roman du 12e siècle classés monuments historiques.

Entouré de mer et naturellement tournée vers les autres continents, la Bretagne a toujours été une terre de voyageurs. Cette réalité géographique, historique et sociologique a amené l’Abbaye de Daoulas à orienter depuis 1986 ses grandes expositions sur le thème des civilisations du monde, en privilégiant une approche anthropologique centrée sur l’être humain et la rencontre avec « l’autre ».

Un exceptionnel jardin de plantes médicinales transpose dans le monde végétal cet intérêt pour « l’ailleurs ». Inspiré des jardins monastiques du 14e siècle, il regroupe sur deux niveaux près de deux cent cinquante espèces représentatives des pharmacopées traditionnelles des cinq continents.

Clos de murs, le parc vallonné et boisé de cinq hectares abrite encore un oratoire, sa fontaine du 16e siècle, et des jardins temporaires dont les thématiques accordées à celles des expositions enrichissent celles-ci d’autres petits voyages auprès des plantes du monde entier.

Plus d’infos

Abbaye Daoulas Abbaye Daoulas Porche de l'Eglise Abbatiale

Mise à jour : 27 mai 2016